Index de l'article
Madagascar : toute une histoire !
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
Toutes les pages

 

I – De la concertation nationale à l’alternance démocratique : Didier Ratsiraka s’incline devant Albert Zafy, père de la 3ème République maintenant appelée République de Madagascar !

À l’instar de leurs voisins africains qui voient des conférences nationales fleurir depuis la conférence de la Baule, l’opposition s’unit contre le pouvoir en place et exige « le changement ».

Nous sommes en 1991, le Conseil des forces vives réclame des conférences nationales et le départ du Président Ratsiraka… L’état d’urgence sera proclamé… La sortie de crise a requis un partage du pouvoir : cohabitation entre le Président élu, Didier Ratsiraka qui n’est plus que le garant de l’unité nationale, en charge de l’Armée et de la diplomatie au profit de Guy Willy Razanamasy du parti de l’opposition Fiaonana, nommé Premier ministre, Chef du gouvernement d’union nationale. Ce processus consensuel, complexe mais payant, a permis de donner fin à la crise et d’organiser la tenue d’élections présidentielles dans le calme… Lors de l’investiture le Président Ratsiraka s’incline et félicite son rival, le père fondateur de la 3ème République de Madagascar : le président Albert Zafy, troisième président élu de la grande île.Toute une histoire !

16 août 1990 : Première concertation nationale sur le devenir de la nation organisée par le FFKM à l’intention de toutes les forces vives.

Décembre 1990 : Deuxième concertation nationale et création, d’une part, du Conseil œcuménique sur la vie nationale regroupant les 54 organisations confessionnelles présentes et, d’autre part, du Conseil national des forces vives réunissant 80 organisations.

1er mai 1991 : Des manifestations de l’opposition à Fianarantsoa et à Antananarivo.

11 juin 1991 : La population, menée par le Général Rakotoarison et Zafy Albert, réclame l’abrogation de la Constitution de 1975 et la tenue d’une conférence nationale.

18 juin 1991 : Le Conseil des « forces vives » réclame le départ du président.

26 juin 1991 : Refus du président Ratsiraka d’une conférence nationale.

8 juillet 1991 : Le mouvement se durcit. Grève générale illimitée pour le départ du président et l’abrogation de la Constitution.

16 juillet 1991 : Création d’un gouvernement bis avec comme président le général Rakotoarison et comme Premier ministre M. Albert Zafy, baptisé Haute Autorité de l’état (HAE).

23 juillet 1991 : Instauration de l’état d’urgence.

9 août 1991 : Nomination de M. Razanamasy (Opposition) en qualité de Premier ministre par M. Ratsiraka.

10 août 1991 : Répression de « la marche de la liberté », des milliers de personnes qui se dirigent vers le palais présidentiel pour réclamer sa démission.

17 août 1991 : Déclaration unilatérale de constitution en États fédérés de 5 régions du pays.

26 août 1991 : Mise en place d’un gouvernement de nécessité nationale.

19 décembre 1991 : Présentation du gouvernement de consensus, de transition.

31 octobre 1991 : La Convention dite du 31 octobre (lire l’intégralité) donna naissance à un nouvel organe consultatif, le Comité pour le Redressement Économique et Social (CRES). Dirigé par deux co-Présidents, le Pasteur Richard Andriamanjato et Manandafy Rakotonirina. Le CRES était obligatoirement consulté sur l’ordonnance portant loi de finances et l’élaboration de tout plan de développement général ou sectoriel.

19 décembre 1991 : Présentation du gouvernement de consensus, de transition.

Janvier 1992 : Nomination des 130 membres du Comité de redressement économique et social (CRES). Remplacement par la HAE de tous les élus par des fonctionnaires désignés par leurs soins (de l’Assemblée Nationale jusqu’aux Fonkontany, qui est la plus petite unité administrative à Madagascar)

Mars 1992 : Forum national chargé de la mise en forme des textes de la Constitution de la 3ème République.

19 août 1992 : Consultation populaire pour l’adoption de la Constitution. (lire l’intégralité) le « Oui » l’emporte à 72,69%. Naissance de la 3ème république

25 novembre 1992 : Premier tour de l’élection présidentielle. Albert Zafy (UNDD) [FVR] 45.16% - Didier Ratsiraka [MMSM] 29.22% - Manandafy Rakotonirina (MFM) 10.21% - Marson Evariste (RPSD) 4.60% - Ruffine Tsiranana (PSD) 3.51% - Jacques Rabemananjara 2.87% - Nirina Andriamanalina 2.25% - Tovonanahary Rabetsitonta (GRAD-Iloafo) 2.19%.

10 février 1993 :

Le Professeur Albert Zafy (1er mai 1927) est élu Président de la Troisième République (66,74 % à M. Zafy contre 33,26 % à M. Ratsiraka).
Agrégé en chirurgie thoracique sous la houlette du professeur Cabrol. Il est aussi détenteur d’une licence de mathématiques et de physique. Nationaliste des premières heures, il délaisse un moment l’Université d’Antananarivo où il est professeur en séméiologie et pathologie chirurgicale pour occuper la fonction de ministre de la Santé du Général Ramanantsoa.
Membre fondateur de l’UNDD dont il est le président, il accède à la magistrature suprême en tant que premier Président de la 3ème République et 5ème Président de Madagascar.

Norbert Lala Ratsirahonana alors Président de la Haute Cour Constitutionnelle proclame les résultats et lit (à la demande de l’intéressé) le message de félicitations de Didier Ratsiraka au Professeur Zafy Albert.

16 juin1993 : Élections législatives.

Mouvance Présidentielle (CFV, CSCD, UNDD, AKFM Fanavaozana, CSDDM, ACCORD, FARIMBONA, GRAD-Iloafo, VATOMIZANA) 75 sièges - Parti Militant pour le Développent de Madagascar (PMDM) 15 sièges - LEADER-Fanilo 13 sièges - FIVOARANA 02 sièges - RPSD 08 - FAMIMA 11 - Autres 10 sièges - Vacants 04 sièges.