Index de l'article
Madagascar : toute une histoire !
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
Toutes les pages

F – De l’adoption de la Constitution la République malgache au premier « 13 mai », en 1972

Nous sommes en 1958, le 14 octobre, la République malgache est officiellement proclamée. Suivirent l’abrogation de la Loi d’annexion, la naissance d’une Assemblée constituante et législative, présidée par Norbert Zafimahova afin d’élaborer la nouvelle Constitution… Philibert Tsiranana devient le Premier Président de la République malgache. Il connaîtra trois mandats. Au plan international, Madagascar est désormais membre de l’Organisation des Nations Unies, au plan national les élections, entre autres législatives se succèdent dans la vie de la toute jeune République… Et dans les années 1970, les étudiants allaient changer le cours de l’histoire : Madagascar – un 13 mai 1972 – a connu une importante révolte, à l’origine estudiantine. L’hôtel de ville d’Antananarivo fut incendié ! (Jusqu’à ce jour Madagascar tente de le rebâtir). Les pleins pouvoirs ont été délégués au général Ramanantsoa en qualité du Chef du gouvernement… Toute une histoire !

Le 29 avril 1959 : La Constitution de la République malgache est adoptée.

1er mai 1959 :

Élection de Philibert Tsiranana (18 octobre 1912 – 16 avril 1978).

Instituteur de français et de mathématiques,

fondateur du Parti social démocrate (PSD),

ancien député malgache à l’assemblée nationale française et père du terme « Communauté », il devient le premier Président de la République malgache.

Juillet 1959 : Naissance à Tuléar du parti MONIMA (Mouvement national pour l'indépendance de Madagascar) créé par Monja Jaona.

4 juillet 1959 : Jules Ravony, député élu du PSD (le 14 octobre 1958) devient Président de l’Assemblée Nationale (1959-1960).

26 juin 1960 : Echange des accords de coopération franco-malgache.

4 septembre 1960 : élections législatives (PSD 72 sièges, autres 32).

21 septembre 1960 : Admission de Madagascar à l’Organisation des Nations Unies.

7 octobre 1960 : Jules Ravony devient Président du Sénat. Alfred Nany lui succède en tant que Président de l'Assemblée nationale (1960-1965 et 1965-1971).

30 mars 1965 : Reconduction à la tête du pays de Philibert Tsiranana 97% des suffrages ses adversaires, Joseph Raseta recueille 54 814 voix et Alfred Razafiarisoa 812 voix sur les 2 583 051 inscrits. C’est le début du règne de son parti, le PSD (Parti socialiste démocrate), créé à Mahajanga avec comme principal parti d'opposition le parti du congrès pour l'indépendance de Madagascar (AKFM) fondé à Antananarivo.

08 août 1965 : élections législatives (PSD 104, AKFM 3).

06 septembre 1970 : élections législatives (PSD 104, AKFM 3).

Mars 1971 : Grève générale des étudiants.

1er avril 1971 : Révolte des Paysans du Sud réprimée par le Président Tsiranana et le Colonel Richard Ratsimandrava, Chef d'État Major de la Gendarmerie.

30 janvier 1972 : Réélection pour un troisième mandat du président Philibert Tsiranana sans adversaire par 99 % des voix.

13 mai 1972 :

La Révolte estudiantine
Dans un contexte mondial aux effluves de contestation et de refus de l'ordre établi qui prévaut depuis les années 60, tels les hippies, les provos des Pays bas, le anti-franquistes, la France de mai 68, le printemps de Prague… malgré des élections qui ont eu lieu des mois auparavant ; avec la même ferveur que leurs congénères la jeunesse malgache se révolte…

Le régime du président Tsiranana n’avait pas réussi à faire décoller l’économie nationale. L’impression de stagnation se doublait du constat que la domination extérieure continuait à s’exercer sur le pays. Le réveil de rivalités ethniques, la maladie du chef de l’État et les problèmes de sa succession font naître un malaise politique. La dépendance culturelle (le système d’enseignement reste calqué sur celui de la France) suscite des frustrations ; le mot d’ordre de « malgachisation de l’enseignement » fédère tous les mécontentements qui s’expriment lors des troubles du mois de mai.

Trois principales revendications : (i) fin des accords culturels de coopération avec la France ; (ii) remplacement des programmes éducatifs conçus pour des écoles en France et enseignés par des professeurs de français par des programmes soulignant la vie et la culture malgaches et enseignés par des instructeurs de malgache ; (iii) et accès croissant pour la jeunesse économiquement sous privilégiée dans des institutions du second degré.

18 mai 1972 : Incendie de l'hôtel de Ville de Tananarive et grèves générales à Tananarive. Délégation des pleins pouvoirs au général Ramanantsoa en qualité de Chef du gouvernement.

27 mai 1972 : À la suite d'émeutes, le Chef d'état-major, le général Ramanantsoa devient Premier ministre.