Béatrice Atallah dans les colonnes de la Nation: « Les Malgaches veulent voter ! »

Lalao Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Andry Nirina Rajoelina constituent un véritable bouc émissaire dans la recherche de sortie de crise pour Madagascar. La communauté internationale qui s’est réunie hier à Addis-Abeba se penche sur leur cas afin d’en décider le sort réservé au processus actuel. Entre-temps, le processus électoral est suspendu et les bailleurs de fonds internationaux ont déjà gelé leur financement.

Une situation qui interpelle particulièrement la présidente de la commission électorale nationale indépendante, Béatrice Atallah. Cette dernière souhaite ainsi que la communauté internationale ne mette pas de réserves sur la participation des trois candidats contestés à la course à la magistrature suprême. « Au nom des vingt millions de Malgaches et de la stabilité de Madagascar, je les invite à nous aider à sortir de l'impasse actuelle, en acceptant par exemple, à titre exceptionnel, l'ensemble des quarante et un candidats à prendre part au prochain scrutin présidentiel. Laissez-nous faire ces élections. Les Malgaches veulent voter ! », a-t-elle déclaré sur les ondes de la Radio France Internationale mardi dernier. Elle soutient ainsi que Lalao Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Andry Nirina Rajoelina puissent concourir à la course à la magistrature suprême. Contrairement à la position intransigeante de certains membres de la communauté internationale dont principalement la France. Le gouvernement français ne souhaite pas voir ces trois noms dans la longue liste de candidat à la prochaine présidentielle malgache. Evidemment, c’était le Quai d’Orsay qui avait commencé l’histoire quelques jours après le dépôt hors délai légal de la candidature d’Andry Nirina Rajoelina. Certains observateurs pensent que le gouvernement français veut écarter la femme de l’ancien président dans la course quitte à sacrifier son chouchou.