MADAGASCAR : "UNE REPUBLIQUE BANINIERE"

Trois années se sont écoulées depuis que Andry Rajoelina, un ancien DJ habitué à faire danser la foule, a commis son putsch avec l’aide de sous-officiers… Et sa tentative a fait des émules. Madagascar compte trois mutineries en trois ans, le dernier conduit par un Caporal.

« Capsat, Fign, Bani, Rfi, et ce n'est pas fini. Princio (un chanteur malgache en vogue, ndlr) peut bien s'inspirer de cette belle mélodie. La série (de putschs, ndlr)  avait été ouverte par les sous-officiers du Capsat relayés par quelques officiers reconnus pour leur agressivité en mars 2009. Elle s'est terminée par l'exil de l'ancien Président et par la prise de pouvoir par la HAT (Andry Rajoelina) » (…).

« Autrement dit, l'État se complique lui-même la vie et aussi longtemps que l'inégalité de traitement, le favoritisme, la promotion politique seront les règles d'or de l'Armée, d'autres caporaux ou sergents vont prendre exemple sur Kotomainty (Caporal ayant participé à une mutinerie, abattu dimanche 22 juillet, ndlr). C'est d'autant plus certain que c'est devenu monnaie courante depuis trois ans contrairement aux années Ratsiraka où pareille situation était inimaginable. Il faudra beaucoup de poigne pour le prochain chef suprême des armées pour stopper cette Emmor..agie ***».
*Emmoragie est un jeu de mot venu du sigle EMMO-REG (Etat major de maintien de l'ordre régional)

Lire l'Edito de l'Express de Madagascar

-