Manifestation de soutien pour une conférence au Sommet

L'idée d'une conférence au Sommet réunissant les quatre mouvances, les entités politiques et la société civile a été suggérée par Didier Ratsiraka ! Homme d'expérience ayant sauvé Madagascar de trois guerres civiles, cet ancien Président a mis en garde les différents acteurs contre les dangers que représente la mise en place de la feuille de route.

"Personne ne veut que la crise dure! Mais si on rate cette sortie de crise, il est fort possible qu'on s'enfonce encore plus; Et pourtant l'esprit avec lequel cette feuille de route est mis en oeuvre laisse entrevoir son échec"...

En tout cas, devant la supercherie déployée à Madagascar, cette idée de guérir les choses en profondeur a reçu le soutien de plusieurs entités, en l’occurrence, les Grands corps de l’Etat, le G7, la plateforme de sociétés civile CNOSC, les associations d’étudiants des 22 régions de Madagascar, les Ray aman-dreny mijoro….

Lire aussi un article publié par le site Tananews.com que nous produisons, ici, dans son intégralité !

La conférence au sommet : un « nouveau processus de sortie de crise permettra de remédier de manière radicale aux cycles de crises qui surviennent incessamment dans le pays ! »

Sa qualité de fin stratège en matière de politique a toujours fait la renommée de Didier Ratsiraka. Dans la journée d’hier, alors que ceux qui sont devenus les nouveaux Parlementaires de la Transition ruaient sur leurs sièges, l’Amiral a regroupé les exclus du processus ainsi que des syndicats et sociétés civiles.

Didier Ratsiraka se penche toujours sur l’organisation de la Conférence au sommet des acteurs politiques. Dans ce cadre, il a convoqué 7 groupements politiques exclus du processus de désignation des membres du Parlement de la Transition. Il s’agit notamment des groupements politiques de soutien à la Feuille de route, sauf le GMMR et le « TIM » Raharinaivo qui sont représentés au niveau des deux Chambres. En marge de leur rencontre avec l’Amiral, le Groupe Centriste, les signataires du Pacte républicain, le RDR (refondation de la démocratie républicaine), le GJ3M (groupement des jeunes des 3 mouvances), l’Exopoles, l’Esd et l’Assidu ont exprimé leur soutien à l’organisation de la Conférence au sommet.

Outre les groupements politiques, la CNOSC a également fait le déplacement au Carlton sur invitation de l’Amiral. Lalao Randriamampionona, membre de cette plateforme de sociétés civiles a déclaré que la CNOSC a depuis longtemps véhiculé la nécessité d’une telle rencontre. De ce fait, elle a assuré son soutien inconditionnel à cette rencontre des 4 chefs de file, sans exclure les partis politiques de bonne volonté. « Ce nouveau processus de sortie de crise permettra de remédier de manière radicale aux cycles de crises qui surviennent incessament dans le pays », a-t-elle conclu.

La Confédération des Grands Corps de l’État a elle aussi rencontré l’ancien Chef d’État hier. Au même titre que les 7 groupements politiques et la CNOSC, cette confédération comptant pas moins de 21 plateformes syndicales a salué l’idée d’une rencontre de tous les partis et groupements politiques. Thierry Rakotonarivo qui préside la CGCE a toutefois évoqué la nécessité de la participation de tous les signataires de la Feuille de route, de la société civile, des groupements religieux du FFKM, des opérateurs économiques et enfin des fonctionnaires et des Forces armées.

En bref, l’Amiral a pu rallier à sa cause, les deux autres mouvances de l’opposition, 7 groupements politiques, une plateforme de sociétés civiles et 21 plateformes syndicales. Les rencontres au Carlton se poursuivront et Didier Ratsiraka projette de recevoir prochainement les partis non-signataires de la Feuille de route ainsi que le FFKM.