Sortie de crise à Madagascar :

Un faux gouvernement d’Union nationale, un semblant de Parlement de la transition (CT et CST)… pour mieux enfoncer Madagascar !

Les mots nous manquent pour redire encore une fois que le danger est imminent !!! Ou doit-on dire plutôt émanant ??? La fausse consensualité règne sans partage à Madagascar !!! Cette fausse consensualité à l’origine du faux gouvernement d’union nationale, et du semblant de Parlement de la transition fait que les mois et les années à venir, sont des mois et des années de tous les dangers !!! Si rien n’est fait pour stopper une telle démarche… Madagascar continuera à s’enfoncer. Inutile d’être diplômé de Harvard ou de détenir des talents divinatoires pour imaginer la suite…

De qui et de quoi se préoccupe-t-on dans cette mascarade de fausse consensualité ?

A la lecture de la composition des membres du gouvernement et des institutions, on est en droit de se poser la question : « De qui et de quoi se préoccupe-t-on vraiment ? Du sort de 20 millions de Malgaches, ou des acquis personnels des membres de la HAT ? »

On y voit tous les anciens de la Haute autorité de la transition (HAT), démantelée et recomposée. Un bal de démagogie et des familles entières siégeant du patriarche au petit fils en passant par l’épouse et la maitresse… Faut-il expliquer qu’un parlement doit représenter un peuple, une région et non une famille ???

On y voit tous les anciens de la Haute autorité de la transition (HAT), démantelée et recomposée. Un bal de démagogie et des familles entières siégeant du patriarche au petit fils en passant par l’épouse et la maitresse… Faut-il expliquer qu’un parlement doit représenter un peuple, une région et non une famille ???

Andry Rajoelina a fait main basse sur tous les ministères de souveraineté !!! Lacune ou non dit de la feuille de route de ne pas définir ce qu’est un gouvernement d’union nationale ??De surcroît, la feuille de route stipule que les ministres démissionnaires n’ont plus leur place dans le gouvernement d’Union nationale et que les ministres devaient être présenter par leurs mouvances ou partis respectifs. Mais pour bien protéger les acquis, précisons bien, qu’il s’agit ici des acquis des putschistes et de leurs complices, Andry Rajoelina a imposé ses anciens ministres, ses compagnons de la première heure et complices de haute voltige. Et beaucoup d’entre eux sont également casés dans le CT et le CST, qualifiés d’ailleurs de « fourre-tout » par un Quotidien national.

Anciens ministres de Andry Rajoelina recasés dans les fausses Institutions de la Transition (source : La Gazette de la Grande Ile, 3 décembre 2011)

[…] On peut recenser entre autres : Alain Tehindrazanarivelo (gouvernement Monja et Vital en 2009), Alain Andriamiseza (gouvernement Monja et Vital en 2009), Jean de Dieu Maharante (ancien ministre de l'Elevage -2009 à mars 2011), Jean Jacques Rabenirina (gouvernement Vital - mars 2011 à novembre 2011), Alain Razafimbelo (gouvernement Vital - mars 2011 à novembre 2001), Toto Lydia Raharimalala (ancien ministre de l'Enseignement professionnel et Technique) et Eva Razafimandimby (gouvernement Vital - mars 2011 à novembre 2011). Tandis que Serge Ranaivo (ancien ministre de la Jeunesse, proche parent de Mialy Rajoelina) est le seul à siéger à la Chambre basse.

Une simple question s’impose : « Comment peut-on espérer une sortie de crise durable quand les hommes censés travailler pour cela sont motivés par leur unique intérêt individuel ? » Et l’exemple vient d’en haut. Nous ne pouvons oublier qu’à Addis-Abebba, alors qu’il était question de sauver le FED, alors que la majorité des acteurs ont essayé de se préoccuper des questions de développement, Andry Rajoelina ne voulait discuter que d’un seul ordre du jour : « Andry Rajoelina président de la Transition »…

La nation malgache mérite-t-elle de subir cette fausse consensualité, juste utile pour masquer d’autres ambitions, juste utile pour faire durer le règne d’un putschiste et de ses complices ? Mais au-delà de ces blessures de l’âme, notre inquiétude tourne autour d’un concept simple de mathématiques : Quelle est la probabilité pour que le résultat des élections préparées dans une telle tricherie et tel mépris des valeurs démocratiques soit, encore et encore, contesté ? Soyons honnêtes, elle est plus qu’élevée ! Et la contestation ouvrira la porte à une autre crise plus profonde, et plus cruelle… Les mois et les années à venir sont de tous les dangers… Au secours !!!

Lire, aussi, la déclaration des mouvances sur la composition du CT et du CST